ACTUALITES

VIH/SIDA : LES MÉDECINS CONSEILS DE LA MESP ASBL SENSIBILISENT LES ENSEIGNANTS

Les Médecins Conseil de la MESP asbl invitent, dans une interview accordée à la Cellule de Communication de cette Structure le samedi 27 mai 2017, leurs affiliés à la prévention et à la lutte contre le VIH/SIDA.  

La MESP ne prend pas en charge le VIH/SIDA mais intervient dans la prise en charge des maladies opportunistes qui accompagnent le virus, a déclaré  Dr NGANDU, Médecin Coordonnateur des Médecins Conseil de la MESP. Il a estimé qu’il était donc important de sensibiliser les affiliés/MESP à lutter contre ce virus.

Dr Coco MOKULAYANGA, médecin conseil de la MESP, a souligné que leur structure prend en charge le cas de VIH de manière indirecte, elle ne donne pas des ARV, il y a des structures établies, des ONG, qui s’en chargent. Un affilié qui se présente à la MESP est pris en charge  par rapport à ses plaintes mais dès que le diagnostic est posé, qu’il est séropositif, à ce moment  il sera orienté vers ces ONG pour la prise en charge médicamenteuse. Lorsqu’il présente des infections opportunistes, il revient à la  Mutuelle pour être pris en charge. Donc  la prise en charge n’est pas de manière directe par rapport aux médicaments,  mais  de manière indirecte parce qu’elle prend en charge des maladies opportunes.

 

 Pour Dr NGANDU, l’origine du virus immunodéficience humaine est mal connue. Le VIH/SIDA, appelé aussi la pandémie du Siècle, se manifeste dans le corps par  les symptômes, des signes ou des manifestations d’une maladie qui  aident à comprendre et à orienter le diagnostic à partir des plaintes du patient.  Il a cité quelques symptômes du VIH/SIDA :  

- Maux de tête   depuis plus de 30 jours, 

- diarrhées persistantes, 

- fièvres, 

- manifestations dermatologiques, 

- la fatigue, 

- douleurs musculaires et articulaires, 

Le Médecin Coordonnateur des médecins conseil de la MESP affirme que  le liquide très contaminant c’est le liquide vaginal, le virus s’est transmet essentiellement à 95 pourcent par la voie sexuelle. L’autre pourcentage c’est par  l’usage des objets contaminés et par une mère porteuse du virus à son enfant. Il a aussi précisé que pour éviter le VIH, il faut  S’abstenir, utiliser  le préservatif, surtout faire le test de dépistage avant toute relation, pour être sûr de son partenaire. Il a souligné que il n’y a pas des médicaments qui peuvent mettre fin au VIH /SIDA,  les ARV ne tuent  pas le VIH/SIDA mais le combattent juste. Il faut donc éviter d’avoir plusieurs partenaires.

Pour Dr Coco MOKULAYANGA, la MESP asbl a toujours une mission préventive. La prévention c’est aussi Sensibiliser, Conscientiser, Eduquer. La MESP n’a pas encore fait la sensibilisation sur le VIH/SIDA mais s’il y a un projet dans ce sens, il sera la bienvenue », a-t-il conclu.

 

LE PCA DE LA MESP asbl INTERPELLE L’ENSEIGNANT A BIEN UTILISER LES SERVICES DE LA MUTUELLE

 

Le  Président du Conseil d’Administration de la MESP asbl a expliqué la situation actuelle de sa structure après ses cinq ans d’existence ce vendredi 19 Mai 2017.

Q1/ Comment se porte la MESP ?

R1/ La MESP se porte bien et fait un effort de tenir le coup malgré la conjoncture de notre pays liée à la dépréciation du franc congolais face au dollar. 

Q2/  Vous avez suivi le 1er ministre dans son discours, il a parlé de l’extension de la MESP dans toutes les provinces de la République Démocratique du Congo ; jusqu’à quel niveau l’Etat congolais s’implique dans votre mutuelle ? 

R2/  Il faut  dire que la Mutuelle de Santé a vu le jour grâce à l’implication  de l’état congolais.  A L’époque l’enseignant qui a éprouvé des difficultés majeures par rapport à la prise en charge médical de sa famille et lui-même. Il a posé ce problème a son employeur qui est l’Etat congolais, et une instruction a été donnée au Ministre pour qu’une structure soit mise en place pour résoudre ce problème. Et, actuellement le gouvernement subventionne à    hauteur de 40 pourcent et l’enseignant cotise à 60 pourcent pour que les soins de santé soient pris de manière très efficiente.

 

Q3/De quoi bénéficie l’enseignant à la MESP ?

R3 / L’enseignant (e) bénéficie des soins de santé de son époux (se) avec ses trois enfants légitimes. La MESP  s’occupe de tout,  mais à cause de la crise nous avons  essayé de recadrer concernant la prise en charge très couteuse de maladies chroniques.

 

Q4/ L’adhésion est-elle automatique lorsqu’on est enseignant ? 

 

R4/ La MESP s’occupe des enseignants du secteur public, payé par Le SECOPE  qui sont  de droit membre de la Mutuelle, ce droit est activé par l’obtention de la carte. Pour avoir la carte il faut se présenter dans l’un de nos sites d’identification avec sa carte de service, d’un numéro matricule, nous avons une base des données qui reprend tous les enseignants payés par l’Etat, et pour les personnes à charge, ils doivent être munis des actes d’Etat civile (actes de naissance pour les enfants et acte de mariage pour le conjoint) .

 

Q4/ Vous n’envisagez pas d’associer les enseignants du secteur privé ?

R4/ C’est une réflexion qui est menée actuellement sur beaucoup des demandes, mais le problème serait au niveau de la cotisation, parce que nous nous limitons au niveau de la source, avec le code privée il sera quand même difficile. Nous sommes en train d’essayer de trouver des solutions.

Q5/ Votre mot de la fin ?

 R5/  Le dernier mot c’est faire appel à l’enseignant, la pérennité des actions de la MESP est fonction aussi de la conscience et du sérieux que l’enseignant lui-même, le consommateur et l’utilisateur  des services, affiche. Il doit être celui qui combat la fraude. La fraude  ne peut pas passer par lui et aussi  éviter la surconsommation des produits de la M.E.S.P. Et aussi encourager d’avantage le gouvernement à améliorer sa subvention, nous espérons que la crise que traverse le pays sera de courte durée.

 

 

JEAN-ALPHONSE MOTSHOMBO SORT DE SON SILENCE ET REMERCIE LA MESP asbl APRES AVOIR FROLE LA MORT.

Jean-Alphonse MOTSHOMBO MALUTU, agent au Secrétariat Général de l’EPSP, remercie la MESP asbl pour la prise en charge de ses soins de santé. Il exprime sa gratitude, le 16 février 2017, par une lettre adressée au Président de la Mutuelle et par une interview accordée à l’équipe de la Communication de cette Structure.

Jean-Alphonse MOTSHOMBO, diabétique et  victime d’un accident qui lui a causé de brûlures graves à la main gauche et au pied,  a eu la vie sauve grâce à la prise en charge de la MESP asbl. Affecté au Centre de Santé de l’Armée du Salut, ce dernier a été transféré au Centre Hospitalier MONKOLE vue la gravité de son état de santé : Il ne marchait plus, le taux de sucre était très élevé et pourtant il avait des brûlures, la situation était grave, a-t-il déclaré. Il a été suivi par le Diabétologue Dr KAPONGO qui a stabilisé son taux de sucre et a subi, à deux reprises, des interventions chirurgicales qu’on appelle « le débridement ».

« La MESP est une structure qui nous rassure et nous donne de l’espérance de vie par des soins de qualité alors que jadis nous étions abandonnés à notre triste sort », a affirmé la Victime qui a ensuite rassuré qu’il a trouvé satisfaction totale dans le traitement de ses maladies grâce à l’implication de la MESP asbl qui l’a soutenu  durant ce moment douloureux de sa vie. Jean- -Alphonse MOTSHOMBO a précisé qu’il a été traité dans un centre très couteux de la ville province de Kinshasa « Centre Hospitalier MONKOLE » et  même les béquilles  utilisées pendant sa convalescence ont été achetées par la MESP asbl. Il a révélé qu’il avait vu les documents de deux opérations faites, le coût était estimé aux environs de 4500 dollars sans comptés les autres actes de la prise en charge.  Il affirme qu’en tant qu’enseignant, il ne pouvait pas réunir ce montant.

Jean-Alphonse MOTSHOMBO a terminé par remercier tous les services de la MESP et a exprimé son souhait de voir la MESP asbl installée dans toute la République. Sur ce, il demande au gouvernement de la soutenir.

 

LE PROF VALENTIN NGALULA ECHAPPE A LA MORT GRACE A L’INGENIOSITE DE LA MESP asbl

Le professeur Valentin BASAKAYI NGALULA, enseignant à l’Institut Littéraire et Technique MOKENGELA, dans la commune de LEMBA, remercie la MESP asbl pour la prise en charge de ses soins médicaux au Centre de Santé BAOBA et à l'Hôpital Général de Référence de Matete suite à une gastrite aigue. 

L'état de santé du professeur était critique, sa tension trop élevée avec une respiration difficile. "J'étais entre la vie et la mort", a-t-il déclaré.  Il a souffert pendant beaucoup de jours de la gastrite qui provoquait même le vomissement  du sang.

"Les malaises ont commencé brusquement une nuit, je ne pouvais pas atteindre le Centre auquel je suis affecté par la MESP asbl, le centre BAOBA, c’est ainsi que je m'étais d'abord rendu d'urgence à une polyclinique privée et  ensuite à mon centre  pour une prise en charge véritable", a relaté Monsieur Valentin. Il a ensuite ajouté que compte tenu de l’urgence  de sa maladie, il a été transféré  après quatre jours à l'HGR de MATETE, centre conventionné avec la Mutuelle et situé non loin du parquet de MATETE. C'est là qu'une prise en charge correcte a commencé, avec des soins intensifs. Il précisé qu'il prend des produits qui coûtent extrêmement chers, jusqu’à sa guérison totale; 

La vie de Valentin NGALULA a été sauvée, aujourd’hui il ne lui reste que de petites plaintes  comme des insomnies.

 Voilà pourquoi la MESP asbl vient à nouveau de l’orienter  vers le centre CNPP où il se rend de temps en temps sur rendez-vous de son médecin traitant. 

Le prof Valentin NGALULA avoue que toute cette prise en charge de la MESP asbl  a  été très coûteuse et lui personnellement n’a rien payé pour recevoir les soins. Il en a profité pour déclarer toute sa gratitude à la Mutuelle de Santé des Enseignants MESP asbl. 

 

LA MESP MBANDAKA GAGNE LA CONFIANCE DE LA POPULATION  GRACE A SA POLITIQUE  D’ORGANISER LES ACTIVITES SPORTIVES

 

La Mutuelle de Santé des Enseignants de MBANDAKA a mis sur pied une politique de travail qui lui permet d’attirer d’avantage la population vers elle afin d’élargir son champ d’action pour bien sensibiliser les enseignants qui étaient hésitants.

Ces rencontres sportives ont deux visées :

-la première visée est de servir  de sensibiliser la population qui répond  favorablement à ces rendez-vous,  cette occasion  est un moment fort pour le comité dirigeant de la MESP asbl qui fait savoir les avantages de ses affiliés.

- La deuxième visée : C’est  pour la propre santé des pratiquants, vue qu’ils sont dans une Mutuelle de Santé, ils doivent donner un bel exemple  tout en expert en santé avec  une activité physique pour rester  en bonne santé. Pour ces activités la MESP asbl réunie une catégorie de personnes bien déterminée, qui sont : les prestataires, les affiliés, les jeunes et les enseignants. L’activité consiste à livrer les matchs de football contre différentes équipes de la place et du village  toute catégorie confondue et puis les femmes quant à elles s’affrontent  entre elles avec celle des différentes formations sanitaires. La  satisfaction est très grande parce qu’après la diffusion du communiqué c’est pratiquement toute la population qui vient pour assister à ce que la MESP asbl fait.

Cette méthode est très efficace, dans la mesure où, la MESP asbl MBANDAKA reçoit un feed back vraiment positif,  et crée une certaine émulation auprès de la population qui a pris le goût  et commence même à solliciter l’organisation régulière  de ces activités sportives

Il est toutefois important de signaler que la MESP asbl MBANDAKA  parvient à organiser au cours d’un mois trois activités sportives : Matchs de football, la marche  et le ZANGO pour les femmes

 

MISE AU POINT MESP asbl ET FORMATIONS SANITAIRES CONVENTIONNEES

Le Président du Conseil d’Administration de la MESP asbl, Guy MAFUTA, a fait une communication aux représentants des formations sanitaires conventionnées  le vendre 31 Mars 2017 dans la salle des réunions  Père EKWA au siège de cette Mutuelle.

Suite à la situation que traverse la MESP asbl actuellement due à la dépréciation du franc congolais face au dollars,  et au regard d’une évaluation qui a été faite grâce aux différentes missions des descentes sur  terrain réalisées par le services compétents de cette structure,  le Président Guy MAFUTA a tenu à recadrer les choses avec ses différents partenaires des Formations Sanitaires. Par rapport aux observations faites par ses enquêteurs sur terrain, le Président de la Mutuelle a cité quelques pratiques qui,    tenant compte de l’actuel contexte financier,  rendent la gestion de la Mutuelle des enseignants très difficile notamment :

• La sur prescription médicale : Ici la MESP asbl fait allusion aux prescriptions abusives des examens médicaux constatées par les médecins-conseil.

• Incohérence entre les plaintes du malade et les examens demandés : la demande de l’IRM se fait avec excès, les  échographies sont faites même quand il ne le faut pas. Ici le Président a démontré par des exemples concrets identifiés par ses services.

• Une Multiplicité des rendez-vous : on dépasse même les délais des épisodes maladies, à chaque rendez-vous les médecins ont tendance à prescrire d'autres examens médicaux et beaucoup de médicaments. Le President de la Mutuelle a insisté sur le respect des épisodes maladies, 7 jours pour la 1ière ligne et 15 jours pour la 2ème ligne.

Ces éléments objectifs sont relevés par les services de la Mutuelle qui ont une formation médicale, a  souligné le PCA, la MESP tient à la collaboration  avec ses partenaires, sans cela elle n'a plus la raison d'être.

• Le transfert interne dans une formation médicale sans l'aval de la MESP asbl 

• La prescription des médicaments spécialisés à la place des génériques: Ici Le Président a insisté sur le respect des conventions qui obligent les prestataires à prescrire d'abord les génériques.  La facture que paie la MESP asbl, le forfait convenu comprend aussi le générique. Ce n’est pas correct quand les Médecins commencent directement par prescrire les spécialités, il faut prescrire d'abord les génériques et voir comment ça va répondre.

• Demande des examens de spécialité : Dans la convention, l’Imagerie, Le laboratoire, le Labo de routine, c’est à la charge des formations Médicales mais certains prestataires envoient directement les malades aux Centres d'imagerie Médicale

• De très longues hospitalisations même quand le malade peut venir en ambulatoire

• Sur le plan administratif, il y a de documents qui ne sont pas correctement remplis : pas d’entête, pas de sceau de la Formation Sanitaire et sur un papier en manuscrit ce qui fait que les contrôleurs remettent en cause l’authenticité de la pièce. La MESP asbl demande à ses prestataires de s’organiser pour avoir les dossiers Médicaux;

"Il est aussi important de signaler qu’au niveau de la Mutuelle, le Conseil d’Administration a opté pour la limitation du paquet des soins. La MESP asbl a fonctionné 5 ans avec une prise en charge totale, il est grand temps de faire la part de chose pour sauver sa survie", a souligné le Président Guy MAFUTA en précisant qu'aucune Mutuelle au monde ne l’a fait. 

 

 

 

LA MESP asbl TIENT SON ASSEMBLEE GENERALE EXTRA-ORDINAIRE

La Mutuelle de Santé des Enseignants de l'EPSP, MESP asbl, a tenu le samedi 28 janvier 2017 à l’hôtel Venus de la Gombe  l’Assemblée Générale Extraordinaire, pour garantir sa survie face à la perturbation du cadre Macro-économique  matérialisé par la dépréciation du franc congolais vis-à-vis du dollar américain.

Les perturbations du cadre macro-économique, matérialisées par la dépréciation du franc congolais face au dollar font que la MESP asbl traverse de moments très difficiles. La  subvention de l’Etat  et les cotisations des enseignants qui constituent les ressources de cette Mutuelle sont perçues en franc-congolais mais les services qu’achète la MESP sont indexés au dollar américain, ce qui fait que la MESP asbl perde 40 pourcent de son pouvoir d’achat. Des attitudes et comportements appropriés doivent être observés pour préserver les acquis et épargner la structure d'une déconfiture probable, a souligné le Président  Guy MAFUTA KABONGO. Il a ensuite ajouté que des décisions courageuses doivent être prises, au niveau interne, notamment la réduction et la suppression de toutes les charges non essentielles, sans entamé la qualité des soins. Le déploiement devra être mis en veilleuse y compris divers investissements de formation du personnel. 

Au cours de ces assises, il était également question d’examiner les voies et moyens pour accroitre les ressources de la MESP asbl, lui donner  les vrais moyens de sa politique par des mécanismes et procédés innovantes. Le  dialogue permanent devra être entretenu avec le partenaire privilégié de la MESP, le gouvernement, et aussi l’enseignant  lui-même.

Présent à ces assises, le ministre des hydrocarbures, Son Excellence Aimé NGOIE MUKENA et Ministre ad intérim de l’EPSP,  a eu des mots juste  pour encourager et féliciter  la MESP asbl qui assure une prise en charge médicale d’environ 500.000 familles d’enseignants éparpillés sur l’ensemble du territoire national. Il a aussi assuré que le gouvernement congolais soutient cette initiative qui s’inscrit dans le cadre du social que prône le chef de l’Etat Joseph 

Il est tout de même important de signaler que, les présentes assises se tiennent conformément aux dispositions pertinentes  de l’article 6 alinéas 2 des statuts de la MESP asbl qui stipulent qu’une assemblée générale peut être réunie extraordinairement autant de fois que l’intérêt social l’exige. L’assemblée générale ordinaire  interviendra avec un léger retard, car la MESP  a dans ses murs une enquête diligentée par le parquet général de la république, une mission de contrôle parlementaire et aussi une mission de contrôle initiée par le Ministre du budget.  Ces missions de contrôles couvrent la période allant de 2012 à 2016, soit environ 96.000 pièces à produire. 

Le Président Guy MAFUTA asbl a enfin rappelé que la pérennité de la MESP asbl est le défi majeur qui se pose à tous.

 

LA MESP asbl MBANDAKA SUR LE CHEMIN DE LA REUSSITE 10 MOIS APRES SON IMPLENTATION

 

Opérationnelle depuis le 25 février 2016, la MESP asbl MBANDAKA en dix mois d’existence laisse des très belles impressions avec un bilan qui est largement positif grâce aux efforts qui ont été consentis par le Président du conseil d’administration Maitre Guy MAFUTA KABONGO.

La sœur Marie Faustine DE LOKO secrétaire exécutif de la MESP MBANDAKA  a fait un état de lieu du fonctionnement de cette mutuelle qui est une référence en Afrique et en RDC a-t- elle ajouté.

1. Quel bilan faites-vous de ces 10 mois  d’existences ?

Il est extrêmement positif dans la mesure où nous sommes en train de travailler à la grande satisfaction de la population toute entière et de nos affiliés en particulier. Le travail que nous  faisons est entrain de redorer même l’image de l’enseignant Congolais à MBANDAKA.

2. La tâche a-t-elle était facile pour vous dans l’implantation de la MESP à MBANDAKA ?

Pas du tout, il y en a qui y ont cru mais d’autres par contre jusque ces derniers  jours étaient dans l’hésitation, heureusement que nous avons instaurés le système d’identification Mobile. Nous avons organisés des campagnes  dans des villages, dans des écoles afin de sensibiliser les enseignants, car certains d’entre eux pensaient que c’est une histoire fictive, c’est du mensonge. Mais au final, nous avons de témoignages satisfaisants des enseignants, même ceux qui hésitaient. 

3. Que comptez-vous améliorer ?

Nous devons secouer les prestataires et les enseignants, parce qu’il faut  le reconnaitre avec les enseignants la tâche  n’est pas facile non plus quand ils se rendent dans les formations sanitaires, ils ne sont jamais patient et donc nous devons beaucoup travailler pour améliorer cet aspect.   

4. Comment avez-vous accueillis le projet UNFPA à MBANDAKA ? 

Nous l’avons très bien accueilli, c’est ainsi que nous avions organisé une campagne de vulgarisation de ce projet dans les écoles et dans les formations sanitaires pour bien expliquer le bien-fondé de la santé de la reproduction. Je vous assure que les avancées sont très significatives : les enseignantes, les filles et les femmes des enseignants sont satisfaites et veulent  que le partenariat entre la MESP et l’UNFPA connaisse un vrai succès.

 

 

PROJET MESP-UNFPA FOCUS SUR LE TRAITEMENT DES MALADES

 Dans le cadre du projet UNFPA-MESP concernant  le renforcement des capacités de la MESP  pour la prise en charge de ses bénéficiaires en santé de la reproduction, planification  familiale et infections sexuellement transmissibles, sur le terrain  les soins sont très bien donnés aux femmes qui bénéficient déjà du financement de l’UNFPA.

Les nouvelles sont rassurantes, car les dix formations sanitaires de deuxième ligne (soit, tous les hôpitaux généraux de références de la ville) ayant été sélectionnées par la MESP pour la prise en charge médicale, reçoivent plusieurs femmes qui se font traiter chaque jour ; c’est le cas de CBCO KITAMBO, Clinique Médico-chirurgical de pigeon, HGR DE NDJILI, Centre mère et enfant de Ngaba, HOPITAL DE MONKOLE (MONT GAFULA), CKR  etc… c’est ainsi que nous avons recueilli ces témoignages très touchants des femmes :

1.MAYAMBA KOBI (épouse de l’enseignant Désiré KINGUDI) hospitalisée au centre LISUNGI de MATADI MAYO, cette dernière  souffre d’hypertension pendant la grossesse, une maladie qui n’est pas anodine, très redoutée, elle représente un vrai danger pour la mère et pour l’enfant, voilà pourquoi cette femme doit accoucher par césarienne ; elle remercie Dieu et l’UNFPA du fait qu’une telle maladie demande beaucoup d’argent alors qu’elle en a pas, ici elle reçoit les soins gratuitement.

2. NAPHIE PINDI KANI (épouse de l’enseignant Douglass BOLAKA) hospitalisée au centre Mère et enfant de NGABA, cette dame fait face à une menace d’avortement, cette étape précède l’avortement, en cas  de traitement approprié, la grossesse peut se poursuivre normalement, c’est déjà le cas pour elle, depuis qu’elle reçoit les soins intensifs, elle n’a aucun risque possible, elle est stupéfaite  de l’existence d’un tel projet qui soutient les femmes : je suis prise en charge par la MESP à travers le projet UNFPA , je suis contente de ce que fait la MESP, sur place j’ai fait des examens, présentement je prends un médicament très couteux que je dois continuer à prendre jusqu’au sixième mois de ma grossesse, personnellement je ne serai pas en mesure de subvenir à ces besoins, car les médicaments coûtes très cher, avec le salaire de mon mari qui est enseignant, je vous assure que ça serait très difficile pour nous, nous disons coup de chapeau à la MESP, notre prière est que la MESP asbl puisse avoir beaucoup des partenaires afin que nous soyons toujours bien traiter.

3. Gisèle NDOMBOYO MARAKOMBE  (enseignante) hospitalisée à CBCO KITAMBO, elle souffre de l’avortement spontané à répétition qui est une complication la plus fréquente de la grosse, touchant de 0,4 à 0,8 pourcents de grossesses. 2 à 5 pourcents des couples sans enfants en souffrent. Ses déclarations sont très captivantes : je ne fais que remercier ce projet, parce que depuis que je suis ici, ils m’ont pris en charge ; je n’ai rien payé et le traitement évolue très bien, ce qui me fait du bien c’est le fait que je reçois les produits spécialisés à ma maladie, je sens qu’il y a une nette amélioration de mon cas,  je n’ai plus de douleurs, Dieu merci.

4. Jeannette DIMBI PHOBO (enseignante à  ITP MASANGA) hospitalisée  à l’hôpital de MONKOLE de (MONT GAFULA)  elle a fait face à une hystérectomie qui est un acte chirurgical qui consiste à enlever toute  une partie de l’utérus ou encore une intervention qui consiste à appliquer l’ablation de l’utérus, elle est très confiante et remercie l’UNFPA et la MESP pour les efforts consentis.

 

Tous ces témoignages  récoltés, constituent juste un échantillon des réactions des femmes qui bénéficient de soins pour le compte du projet MESP-UNFPA ; dans le prochain article nous vous donnerons les statistiques globales de toutes les formations sanitaires en convention avec la MESP asbl et selectionnées pour le projet MESP-UNFPA.

NOS EXTENSIONS